[En continu] Grand absente à la COP26, la Chine vient d’augmenter sa production de charbon

0



L’essentiel: Les chefs d’Etat se sont succédé lundi à la tribune de la COP26, la conférence des Nations-unies sur le changement climatique, considérée comme l’une des dernières opportunités de freiner l’élévation des températures. A l’instar du président de la Confédération suisse Guy Parmelin, les dirigeants mondiaux ont rivalisé d’alarmisme mais ont annoncé peu de nouveaux engagements à même de diminuer drastiquement et rapidement leurs émissions de gaz à effet de serre. Troisième émetteur mondial, le Premier ministre indien a promis d’atteindre la neutralité carbone en… 2070, soit deux décennies après le délai auquel s’engagent de nombreux pays développés.

Lire aussi:
«A la COP26, les grands Etats se renvoient la balle»

Les discours des chefs d’Etat se poursuivent ce mardi à Glasgow. Les dirigeants détailleront une initiative contre la déforestation et pour diminuer les émanations de méthane, dont on parle moins que le CO2, mais qui est encore plus nocif pour l’atmosphère.

Les chefs d’Etat laisseront ensuite la place aux négociateurs, avec la lourde tâche de concrétiser les beaux discours d’ici la fin de la COP26 le 12 novembre. L’hôte de la réunion, le Premier ministre Boris Johnson, est sous le feu des critiques pour rentrer en avion de Glasgow à Londres ce mardi, au lieu de faire cinq heures de train.

Lire aussi:
«A Glasgow, passer du ‘quoi’ au ‘comment’, par Bertrand Piccard»


■ D’interminables queues pour entrer à la COP26 et rien de prévu pour les chaises roulantes

Avant de pénétrer dans le centre de conférence de Glasgow et ses annexes, véritable labyrinthe, les queues sont interminables, témoigne notre envoyé sur place Eric Albert ce mardi.

Apparemment, les organisateurs britanniques n’ont pas prévu un accès en chaise roulante. Pour preuve: la mésaventure de la ministre israélienne de l’Environnement (à gauche sur la photo) qui n’a pas pu assister lundi à la COP26 et a dû rentrer à son hôtel accompagnée de l’ambassadrice au Royaume-Uni.

«Il est triste que l’ONU, qui promeut l’accès des personnes handicapées, ne prévoit pas de telles mesures pour ses propres événements. J’espère que les leçons seront tirées pour qu’à l’avenir je m’occupe plutôt de promotion de l’énergie verte et d’efficacité énergétique», écrivait Karine Elharrar, dépitée, sur Twitter lundi.


■ Les mots et les actes de la Chine

La Chine a augmenté de plus d’un million de tonnes sa production quotidienne de charbon dans un contexte de pénurie d’électricité. Depuis la mi-octobre, la production quotidienne de charbon dépasse les 11,5 millions de tonnes, a indiqué dimanche la puissante agence de planification NDRC. Cela représente une hausse de capacités de 1,1 million de tonnes par rapport à fin septembre.

En pleine reprise économique mondiale, la Chine subit de plein fouet la flambée du coût des matières premières, en particulier du charbon, dont le géant asiatique dépend à 60% pour alimenter ses centrales électriques.

Pour alléger la pression, les autorités ont autorisé ces dernières semaines la réouverture de mines de charbon. La démarche s’inscrit en contradiction avec la promesse du président chinois de commencer à réduire les émissions carbonées de son pays avant 2030. Xi Jinping est le grand absent de la COP26. Il s’est contenté d’envoyer une intervention écrite à la conférence. Dans ce texte, le président n’annonce aucun effort supplémentaire pour réduire les émissions de son pays.





Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici